Sylvain CRESCENT, agriculteur
Sylvain CRESCENT, agriculteur

Portraits

Sylvain CRESCENT

Sylvain CRESCENT est un féru de technologie. Son smartphone à la main, il est en contact permanent avec son élevage et peut ainsi veiller au bon déroulement de l’exploitation et au bien-être de Noisette, Obama, Italie et du reste du troupeau.

Publié le

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis agriculteur en production laitière, installé depuis le 1er mai 2016 dans une exploitation à Loudéac que j’ai reprise à la suite de mes parents. J’y travaille avec mon frère qui est salarié à temps partiel. Avant mon installation, j’ai travaillé 8 années dans le para agricole dont 4 comme responsable dans un magasin d’agrofourniture et 4 comme technicien en culture. Les 90 vaches de l’exploitation sont accueillies dans un bâtiment neuf qui date de 2017. Je suis équipé de plusieurs robots : deux robots de traite, un robot racleur et un robot pousse fourrage.

Pourquoi vous êtes-vous installé sur le territoire ?

Je suis originaire d’ici. Je suis très attaché au territoire. Et après avoir passé 8 ans dans le Trégor, c’était une évidence pour moi de revenir à la source en reprenant l’exploitation de mes parents, et une chance aussi. J’admire beaucoup les agriculteurs qui s’installent hors cadre familial, ils ont beaucoup de mérite. Reprendre la ferme familiale a beaucoup d’avantages. J’ai grandi ici, j’ai des souvenirs, un historique avec cette exploitation. C’est donc plus facile pour moi de réagir par exemple en cas de panne. Je me souviens de comment mes parents faisaient et cela m’aide beaucoup. Mais cet héritage familial dont je suis la 3e génération peut aussi être source de pression.

Vous avez joué la carte de la technologie pour votre exploitation. Pourquoi ?

J’aime la technologie. Je suis un peu geek. L’application fournie avec les robots de traite permet une gestion à distance. C’est très pratique et je l’avoue, c’est un gain de temps. Par exemple, je reçois une alerte lorsqu’une vache est en chaleur, lorsqu’une autre va manger moins que ses congénères. Logeant à plusieurs kilomètres de la ferme, je gagne souvent des déplacements inutiles. Et comme un tiers de l’année, je suis seul sur l’exploitation, cela me permet d’organiser le travail et de pouvoir ainsi gérer seul. De plus, l’appli fournit beaucoup de données très précises. Et je ne le cache pas, accéder à la robotisation permet également un gain en productivité. Ne pas traire moi-même me laisse plus de temps pour d’autres tâches comme m’assurer du bien-être de mon troupeau. Hormis l’appli du robot de traite, j’ai également des applis pour gérer mes deux autres robots ou encore pour contrôler ma clôture, en gérant alors à distance l’arrivée du courant. J’ai également des caméras que je gère à distance. Je peux donc garder un œil sur la zone de traite, ou encore le box de vêlage. Ainsi je peux m’assurer que les vaches prêtes à vêler se portent bien. On a la chance aujourd’hui d’avoir accès à cette technologie. C’est plaisant.

Qu’est-ce que cela vous apporte dans votre activité au quotidien ?

La tranquillité. La performance. L’efficacité. Et beaucoup de problèmes peuvent se régler à distance. J’aurais du mal à faire sans aujourd’hui.

Quels sont vos projets ?

Je vais très prochainement équiper l’un de mes tracteurs d’un système d’autoguidage. Je réfléchis au recours à d’autres techniques innovantes, pas forcément en lien avec mon smartphone, comme l’accès au photovoltaïque Je suis en permanence en recherche pour voir comment je peux améliorer l’exploitation, faire autrement pour gagner en performance et en rentabilité sans en oublier le contact direct avec mes vaches.