Portraits

Xavier HAMON

Président Loudéac communauté Maire de LE QUILLIO

Vivre, travailler, se divertir, découvrir, partager notre histoire et notre identité seront les maîtres mots de notre programme de développement.

Publié le

Xavier Hamon, qui êtes-vous ?

Marié et père de deux enfants, je suis Maire de la commune de Le Quillio (559 habitants) depuis 2008. Investi dans des associations locales, convaincu que l’humain doit être au cœur des débats, c’est tout naturellement que j’ai accepté d’exercer deux mandats de vice-président aux affaires sociales au sein de la communauté de communes. Depuis quelques mois, je me suis mis en disponibilité de la fonction publique hospitalière pour me consacrer exclusivement à mes fonctions de Maire et de Président de Loudéac communauté.

Vous venez d’être élu nouveau président de la communauté de communes Loudéac communauté. Quels sont vos premiers ressentis personnels ?

Fier d’avoir été élu Président autour d’un projet communautaire qui se voulait rassembleur, solidaire, loin de clivages qui nuisent aux intérêts de notre beau territoire. Je suis né et j’ai choisi de vivre ici : je souhaite aujourd’hui transmettre à tous cette envie de « goûter » au Centre-Bretagne !

Quelle vision du territoire anime votre mandat ?

La vision d’un territoire vivant qui se prend en main et qui saura davantage montrer ses atouts plutôt que d’entendre parler de ses faiblesses. La vision d’un territoire où, communes et communauté de communes, trouveront leur juste place, avec un esprit de partage et de solidarité financière mais aussi sociale. La vision d’une communauté de communes qui saura conserver son dynamisme économique, défendre son système agri-agro industriel, préserver sa vitalité associative, mettre en avant son patrimoine naturel et culturel, développer ses services à la population.

Pour remplir ces objectifs, comment s’organise la nouvelle équipe communautaire ?

La nouvelle équipe est représentative des espaces ou bassins de vie de Loudéac communauté - Bretagne Centre. Composée de vice-présidents et de conseillers délégués, elle rassemble des hommes et des femmes issus d’horizons divers, motivés et impliqués dans leurs dossiers respectifs.

" Vivre, travailler, se divertir, découvrir, partager notre histoire et notre identité seront les maîtres mots de notre programme de développement."


Comment envisagez-vous la question de l’économie et du tourisme au cœur de vos priorités  ?

Le tourisme fait partie intégrante de notre compétence développement économique au sein de nos statuts. À n’en pas douter, le tourisme sera une des principales voies de diversification économique de notre Centre-Bretagne. Quant à l’économie, je serai un fervent défenseur de notre système agri-agro industriel, de nos différents modes de production agricole, en proposant d’accompagner l’évolution de nos pratiques pour un monde plus respectueux de l’écologie et de l’environnement. Vivre - travailler - se divertir - découvrir - partager notre histoire et notre identité seront les maîtres mots de notre programme de développement.

La mobilité est également un thème fort pour vous. Comment envisagez-vous les futures actions ?

Les mobilités demeurent une problématique majeure au sein de nos espaces ruraux. Il faut être conscient qu’il est beaucoup plus difficile de trouver des alternatives à la voiture en campagne que dans les zones urbaines. Dans nos territoires, les ménages comme les entreprises sont prisonniers de l’usage de la voiture particulière pour assurer la plupart de leurs besoins de mobilité, alors que dans les agglomérations, modes doux et transports collectifs occupent une place de plus en plus déterminante. Nous travaillerons en collaboration avec la Région Bretagne pour améliorer le quotidien des habitants de notre territoire. À nous aussi de nous inspirer des initiatives réussies en France et de les transposer sur Loudéac Communauté - Bretagne Centre.

Dans un contexte général de budgets maîtrisés, y a-t-il la place pour de nouveaux projets fédérateurs pour dynamiser ce territoire à fort potentiel ?

Oui pour des projets structurants mais aussi et surtout pour des projets qui participent à l’attractivité du territoire breton et à l’amélioration de notre cadre de vie. Deux projets me viennent à l’esprit : le projet touristique « Lac de Guerlédan » avec la nécessaire mise en place d’une « conférence du lac » qui réunirait les départements, communes et EPCi concernés et ce que l’on a coutume d’appeler l’inclusion numérique qui permet un meilleur accès aux services via les technologies de l’information et de la communication. S’agissant de ce deuxième exemple, un préalable demeure la finalisation du déploiement de la fibre qui s’achèvera au plus tard en 2026.

Si les communes trouvent une certaine proximité envers les citoyens, ce n’est pas forcément le cas pour les communautés de communes. Y a-t-il une possibilité de rapprocher ce citoyen de la collectivité territoriale sachant que, de plus en plus, c’est là que se prendront toutes les décisions importantes?

L’intercommunalité n’est pas forcément identifiée comme une structure de proximité pourtant elle agit au quotidien sur les communes au travers de ses compétences :
- l’action sociale : de la petite enfance à la dépendance ;
- l’urbanisme et le logement social ;
- l’accompagnement culturel au travers des appels à projets ;
- l’offre sportive (piscine, base sports nature…) ;
- l’assainissement collectif depuis le 1er janvier 2020 ;
- la collecte des déchets ménagers, les déchetteries.


L’expression citoyenne est également permise au travers du conseil de développement ou dans des commissions spécifiques sur les services publics locaux. N’oublions jamais que l’intercommunalité reflète l’expression des 41 communes : elles en constituent le socle ! Il faut donc arrêter de vouloir les opposer ou les comparer.

Quel que soit l’échelon, qu’il soit communal ou intercommunal, notre objectif commun est bien de proposer le meilleur service au meilleur coût pour nos concitoyens. ■